Spinoza se protège. Le sceau de son courrier porte la devise Caute, méfie-toi.

 

Au XVIIe, il ne fait pas bon nier dieu. Donc, il est omniprésent dans l'Éthique. Spinoza avance « masqué », oserais-je « voilé »... Il en offre une seule fois le décodage & le dissimule dans le commentaire d'une proposition (la quatrième) de la IVe partie ! Il est dès lors plus clair pour notre bonne compréhension chaque fois qu'il utilise « dieu » nous lisions « la nature ». C'est en tout cas la thèse de R. Misrahi, à laquelle j'ai librement choisi d'adhérer.

Convenons que Spinoza s'exprime en noir, R. Misrahi en violet et mes annotations en bleu.

I, PROPOSITION 11
« Dieu, c’est-à-dire une substance constituée
par une infinité d’attributs, dont chacun exprime
une essence éternelle & infinie, existe nécessairement.

I, Définition 3

« Par substance j'entends ce qui est en soi et
est conçu par soi, c'est-à-dire ce dont le concept
n'exige pas le concept d'une autre chose,
à partir duquel il devrait être formé. » I, Définition III
R. Misrahi précise en sa note 9 que
« La substance est
le concept fondamental &
fondateur du système
spinoziste. ...
[Elle] rassemble tous les éléments [qui

servent à comprendre cette substance:
cause de soi, chose finie, la nature,
la liberté.]

« Par attribut j'entends ce que l'entendement
perçoit d'une substance comme constituant
son essence. » I, Définition IV.

IV, PROPOSITION 4
« Il est impossible que l’homme ne soit pas une partie
de la Nature & ne puisse subir d’autres changements
que ceux qui peuvent se comprendre par sa seule nature
& dont il est la cause adéquate.
DÉMONSTRATION
[Premier point de la démonstration]

La puissance par laquelle les choses singulières,
& donc l’homme, conservent leur être
est la puissance même de Dieu, c’est-à-dire de la Nature
(par le corollaire de la PROPOSITION 24 de la partie I),
non pas en tant qu’elle est infinie, mais en tant qu’elle peut
s’expliquer par une essence humaine actuelle
(par la PROPOSITION 7 de la partie III).

Par cause de soi, j'entends ce dont l'essence enveloppe
l'existence, c'est-à-dire ce dont la nature ne peut être
conçue que comme existante. I, Définition I
I, Proposition 24
L’essence des choses produites par Dieu
n’enveloppe pas l’existence.
Corollaire
Il suit de là que Dieu est non seulement
la cause par laquelle les choses commencent
d’exister, mais aussi la cause par laquelle
elles persévèrent dans l’existence…

PROPOSITION 7 de la partie III
L’effort par lequel chaque chose s’efforce
de persévérer dans son être n’est rien
en dehors de l’essence actuelle de cette chose.

Ainsi la puissance de l’homme, en tant qu’elle s’exprime par son
essence actuelle, est une partie de la puissance infinie de Dieu,
ou de la Nature
, c’est-à-dire (par la PROPOSITION 34, partie I)
de son essence. Ce qui était le premier point.
I, PROPOSITION 34
La puissance de Dieu est son essence même.
 [Deuxième point de la démonstration, introduit par « Ensuite » (à suivre...)]  

 


Trois reformulations syntaxiques successives du premier point de démonstration. Elles peuvent peut-être éclairer le propos tenu dans le premier point de cette démonstration de l'Éthique IV, proposition 4:

 Spinoza commence par proposer à notre réflexion qu'il « est impossible que l’homme ne soit pas une partie de la Nature & ne puisse subir d’autres changements que ceux qui peuvent se comprendre par sa seule nature & dont il est la cause adéquate. »

Pour davantage de clarté, la démonstration précise le propos tout en y cachant une définition par équivalence (le fameux sive, que R. Misrahi traduit de manière convaincante - il en démontre la pertinence dans son introduction - par « c'est-à-dire »):

Première reformulation: La puissance par laquelle l'homme, qui est une chose singulière parmi d'autres, conserve son être est la puissance même de la nature.

C'est-à-dire (deuxième reformulation):

C'est par la puissance même de la nature que l'homme, qui est une chose singulière parmi d'autres, conserve son être.

Troisième reformulation, plus complète tenant compte de la suite de la démonstration: L'homme conserve son être par la puissance même de la nature, au même titre que les autres choses singulières, dont il fait partie. Cette puissance de l'homme s'exprime par son essence actuelle & n'est pas infinie (en effet, il meurt, sa vie a un terme; Spinoza le précisera dans le deuxième point de sa démonstration.) L'homme fait partie de l'essence de la nature.

L'homme est nécessairement une partie de la nature. L'homme contemporain, nous-mêmes & tous nos semblables, fait partie de la nature. Il a d'ailleurs tendance à l'oublier trop souvent, à n'être plus du tout en contact avec elle. Il s'est décosmisé, dit Augustin Berque: il n'a plus conscience de faire partie du cosmos (voir "décosmisation" dan la terminologie mésologique dynamique). L'homme fait partie de la nature. L'homme comme chose singulière peut changer puisqu'il est mortel, fini: il a une fin.

En étendant le principe de la reformulation syntaxique à l'ensemble de la quatrième proposition, quatrième partie de l'Éthique, y compris le premier point de la démonstration, cela pourrait donner ceci, en écartant quelques précautions oratoires propres au XVIIe siècle & dues à la raisonnable méfiance dont Spinoza faisait preuve en toutes choses, notamment les (doubles) négations:

L'homme fait nécessairement partie de la nature. L'homme ne peut subir que les changements provoqués par sa nature même. Sa nature, l'homme en est la cause de soi adéquate.

L'homme conserve son être par la puissance même de la nature qui s'explique & s'exprime par son essence humaine actuelle. Cette puissance de l'homme est une partie de la puissance infinie de la nature. Ceci conclut le premier point de la démonstration.


Deuxième point de la démonstration

 

 


Statistiques

Membres
16
Articles
2816
Compteur de clics
1790750

Recherche