00h10
La joie rayonne, extériorisée.
Être devenu
autofécond de soi.

N’avoir besoin
d’aucune pollinisation croisée
pour que la joie paisible

prenne corps,
par-delà
un passé sexué.

2h20
Douceur rémanente
façonnée au cœur du soi,
intimité gorgée

de ce courant
fait aux chenaux secrets,
ces chakras ancestraux.

Chaque fluorescence
de l’énergie
pulsant en soi

sur un rythme
inventif,
jamais pareil.

4h35
Passage façonné
l’accueille
d’une pulsation faufilée

des profondeurs
organiques,
anonymes en soi.

S’ouvre un monde
sans hiérarchie
où tout est premier

dans l’univers sensuel
remontant le long
des chenaux frémissants :

la
vitalité
même.

Réinventer une voie
à toute levée
énergétique

dénuée
de toute
tristesse:

- « l’acte de passer
à une perfection moindre,
c’est-à-dire l’acte par lequel
la puissance d’agir en l’Homme,
est réduite ou réprimée... » B. Spinoza -

Nulle faute,
aucun coupable,
nulle part.

L’appel des profondeurs
est disponible
au corps.

La vie prend
d’autres
mensurations

dans ces instants créatifs
à la spontanéité heureuse
de l’éternité instinctive

de chaque moment joyeux
instaurant l’intensité du désir
comme note absolue

sur le diapason
aimable de la joie
sans concession.


Écritoire


Statistiques

Membres
16
Articles
2848
Compteur de clics
1867492

Recherche