IL
s’enfonce
dans le cotonneux,
l'indécis.

Leurs feux pressés
strient l’asphalte,
tangentiels égarés,
en files.

Par la fenêtre gonflée
la nuit s’enracine.
Grisailles
mirées d’Ourthe

qu’estompent berges et arbres nus,
squelettes serpentant
parmi les reflets électrisés
de la rame du train.

Régularités singulières,
a contrario du courant,
si aimables,
que l’âge fait au soi.

Attraction journalière
qu’écrase
la longue nuit d’hiver,
attentive à

ce presque
immobile,
furtif,
mystérieux.


Écritoire


Statistiques

Membres
16
Articles
2814
Compteur de clics
1785865

Recherche