Le sol échappe peu à peu à la lumière.
L’Occident haut sur l’horizon
sait encore une clarté en reflets.

Soir paisible.
Nul vent ne trouble leurs cimes.
Une caresse au sol

anime d’un frisson
l’arbre à papillons.
La nuit s’immisce par paliers.

Le papier bleuit par à-coups.
Présence discrète,
fin croissant lunaire

dispose d’une trouée
triangulaire que la tête s’amuse
à présenter en son centre.

L’ordre nocturne se prépare
à l’invisibilité
pour l’œil humain.

Comme une odeur suspendue
de dentifrice autosuggère
les ablutions vespérales.

Moins d’insectes volent
en rase motte.
Le silence est venu aux oiseaux.

Le jardin s’habille serein.
La paix intérieure s’y confond
en s’y ressourçant.

Le massif de buddleia anime
quelques branches
si proches du sol.


Écritoire


Statistiques

Membres
16
Articles
2813
Compteur de clics
1785504

Recherche