Tout rai cueilli à même l’air
fait permanence de cette blondeur
qui intercède entre les nuages
moins occlus de l’après-midi1.

Veillant au jour2 agenouillé sur le giron
proche de la terre, ces feuilles font d’elles l’ocre
au tapis qu’un regard plus distancié
vêtait de grisaille.

Le visage étreint l’apposition
sereine qui intériorise sa joie
… Plus tard monte du sol la fraicheur
appelant la nuit.

Quatre fenêtres ouvertes
l’écartent d’une occlusion,
retenant l’air avivé.

S’allège ainsi le corps par ces joies
qui épurent3 le soi au mitan
du deuxième mois de l’an.


1 dimanche 12 2 17
2 En (re) lecture Le veilleur du jour, Jacques Abeille
3 février, mois des purifications, dit entre autres Le Robert Historique.


Écritoire


Statistiques

Membres
16
Articles
2848
Compteur de clics
1867501

Recherche