Une majesté sereine
afflue de tout arbre
 à l'équilibre.

Cet air plus tiède,
un sérail pour le corps.
L'homme & le couteau tournent:

l'un régulier, autour de son axe;
l'autre, plus créatif, alignant
courbes & droites au gré de la perspective

que la nature lui fait,
l'offrant au biseau
d'une taille d'épargne.

L'oeil y caresse un velours,
une ombre furtive
de chemins entrelacés.


Écritoire


Statistiques

Membres
16
Articles
2848
Compteur de clics
1868655

Recherche