Une des traductions possibles du titre de cet essai dans la langue de Tristram Shandy (Pardon, William, mais celle de Laurence est encore plus jouissive !) est Pay attention to. La langue anglaise insiste sur l'énergie qu'il faut dépenser (= payer), qu'il faut consacrer pour obtenir ce que D. Rinpoché définit comme « l'expérience naturelle de l'instant présent qui consiste à ne pas être possédé par son agitation ».

À la longue, l'attention s'installe puis s'intègre à la matrice des jours. Moins d'objets s'égarent. Les actions s'organisent mieux dans l'espace & dans la durée. Daniel Odier en parle bien dans Tantra. Elle est un caractère qui s'ajoute à ceux définissant déjà la béatitude, selon M. Juffé & R. Misrahi, grands lecteurs de Spinoza.


Dans ce même essai, un aphorisme s'est dégagé: La nature aime l'humain qui aime la nature.

« L'amour de la nature pour l'humain est la même chose que l'amour de l'humain pour la nature. Il n'y a pas très longtemps (quelques semaines tout au plus) que j'ai pris conscience intuitivement que la nature aime l'humain qui aime la nature. Il y a là une forme de réciprocité silencieuse & authentique. L'arbre qui abrite le corps sous sa frondaison généreuse protège le corps des chaleurs excessives que notre climat déréglé par l'activité humaine offre en réponse à nos excès. »


En partant de cet aphorisme, une réflexion se prolonge: l'humain peut s'entrainer à mieux faire attention

  • à l'instant présent,
  • aussi bien à la vie qui bat en lui
  • qu'à la vie en général, celle qui innerve la nature.

Les manières de faire attention permet à l'attention portée à soi de rencontrer l'attention que le soi porte à la nature, ainsi que, de mieux en mieux perçue, l'attention que la nature porte au soi.


Porter attention à, c'est manifester à l'autre qu'il ou elle importe à nos yeux, dans l'instant même où l'attention se porte. La réciprocité attentive n'est possible que si les deux ont développé cette faculté d'attention.

La nature porte probablement en tous temps attention à l'humain, et bien sûr au vivant, à tout le vivant, dont elle est la manifestation infinie. Elle a ça en elle, comme « entité englobante ».

L'humain, lui, doit patiemment développer cette faculté en lui pour, un jour, peut-être, prendre conscience que la nature est présente & simplement attentive par la densité de sa présence au monde à sa propre existence. Nombreux sont les humains qui n'y parviendront jamais...


Le contraire de l'attention que l'on porte est cette distraction, cette dispersion qui fait que l'humain est « possédé par son agitation », et donc n'est plus maitre de son activité, voire, pire, de soi. Les manifestations parfois extrêmes de cette agitation, un stress assurément, sont multiples. Notre monde en est si gravement atteint qu'il en meurt par auto-dissolution. La langue anglaise a, comme souvent, une expression ramassée pour ça: terminally ill (malade en phase terminale).


Quand un humain dit à un autre « fais attention ! », il attire son attention

  • sur l'inattention constatée face à un danger,
  • ou sur une parole que le locuteur va prononcer: « Fais bien attention à toi ! », exprimant une violence larvée qui lui pend au nez s'il n'obéit pas.

Polysémie, quand tu nous tient !


Cette faculté paraît bien être centrale à ce que J F Billeter nomme le désir de progresser & de s'accomplir comme raison de vivre dans la joie, qui est puissance d'agir. Elle fait partie de cette puissance d'agir.


Cheminement conceptuel proposé à travers proses essayées & poésies tentées si vous souhaitez continuer à réfléchir en ma compagnie:

Porter attention à / L’intuition / Lilian Silburn: la kundalinî / La béatitude, késaco ? / Humains trop humains / Art poétique, avait-il dit / Le méditatif & le pensif / Complexité, éveil aux matrices du monde / Ariel Suhamy communique le bien chez Spinoza / L'agir & le subi / Spinoza, méthodes pour exister / L'amour intellectuel de la nature en ce jardin paresseux


Statistiques

Membres
17
Articles
3387
Compteur de clics
4835337

Recherche

Aphorisme, comme ça...

« La retraite est une chose merveilleuse,
qui libère de terribles puissances.
& elle donne au silence de grandes douceurs. »
Gilles Deleuze, dans une lettre adressée à Arnaud Villani,
publiée dans L'abeille & l'orchidée, p. 149.

Textes récents

Mars 2021: Le propre du sujet: les quatre thèses / Faire avec les arts situés / Ce petit grain, là...
Février 2021: / Lao-tseu, le guide de l'insondable / Le sans-fiorituresRoutes de sel blanchies...Le propre du sujetMenuet nocturneJournal de bord d'un confinement éternisé / luvan, Agrapha / Sur une progression en rhizome à travers mille plateaux / Vacuités, Françoise Bonardel / Rhizomes purifiés / Le temps d'une vie.
Janvier 2021: / Hypostase / Faut-il brûler les postmodernes ? / La vulgarisation scientifique: tout un art !Une mise à mort de nos servitudes / La vulgarisation scientique: tout un art ! / Une poétique de l'ancrage / Vinciane Despret, Au bonheur des morts.
Décembre 2020: Je l'ai lu dans leurs yeux / Lao-tseu, précurseur de la décroissance ? / Le Giacometti de Charles Juliet / Vouloir posséder plus que l'autre (Mehdi Belhaj Kacem) / Charles Juliet sur les Profondeurs / Franz Hellens sur Vialatte / Libres masques / Quasi-ermitage de banlieue en décembre / Jacques Abeille à tous les étages: Histoire de la bergère / En musardant du côté des lémures / Tombeau pour un amour dans la lumière de sa perte / Les carnets de l'explorateur perdu.

Novembre 2020: Dans les replis de l'écart / La passe sans porte / D. Odier: la folle sagesse de la yoginiMenus structurants / La béatitude, késaco ? / Qui est donc Spinoza ? La version suhamienne / Habiter en oiseau, Vinciane Despret / L'amour intellectuel de la nature en ce jardin paresseux / Éric Delassus, L'amour intellectuel de Dieu / Comprendre / L'éloignement du monde / La vie de l'explorateur perdu, Jacques Abeille.

Octobre2020: / Du réel sertir la rugosité / / ConfianceSe laisser respirer par la nuitCasse-cou / Les arts situés / PavéesAssise génératriceEntre constats et prophétie autoréalisatrice / Courroux / De fil en fil.
September morn 2020: / Un vent dessicantL'harmonie vibreCoursivesPoète-cueilleur / Furtivité soyeuse / Naitre au jour neuf / OmbrePonctuationsTimbre / Parcours / Les troubles du récit, narrés par Jean-Marie Schaeffer / The dimmer.

  August 2020: Nos normes intérieures / Perditions / Syntaxe / Un automne corporel / Amours éclatésTraductions rencontrée du Tao / Spinoza, Méthodes pour exister de Maxime Rovere / Se naturer, ce processus de naturation de soi: la néologie au service de la Φ ! COVID-19, de nouvelles infos fiables / La clef des ombres, Jacques Abeille / Dans la tempête virale, avec Slavoj Zizek / D'août, la pomme.

Joui-yeah!: / Une mise à jour du nombre de morts par jour attribuables à la pandémieLe non-vouloirPalper la respiration énergétique du cosmos / Une dérobade / Nos vies comme évènementUn tramage urbainDu corpsLunaisons / L'Éthique de Spinoza: Dynamique formelle interne / Le conatus de Spinoza / De quelques fondements de la vie qui coule en soi.
Dis-joints juin 2020
:  / DécombresTendresses / Coprésence / Politesse / Ténacité / Chômage / Une somnolence grise / Paysages marchés / L'Éthique de Spinoza: dynamique formelle interne.
Maiz'enfin ! 2020
: / Le Giacometti de Charles Juliet / Métamorphoses ? euh...L'amour envers la nature / Spinoza par ses amisNez au ventL'agir corporel de l'insu / Droit de suite confiné / Histoire de la pensée, Lucien Jerphagnon / Ritualisations de nos gestes...HypostaseLe carnet à la ligne désertée / L'insu / Un temps de méditante / Les barbares, J. Abeille: citations / COVID-uités: un journal.


 Avril 2020: / Instants d'ouverture / Le pli de l'éveil / Poésie d'éveil / Être en chaque instant / L'ombre que porte le silence sur toutes chosesMépris de clâsse / Demain, L'Europe Billeterrienne / COVID-uités: un journal / Les marionnettistes / Et donc j'ai sorti ma calculette !Un havre propre / Le mausolée de leurs errancesProtéger notre système de santé: COVID-uité 35 / L'article du jour sur La vie des idées suivi de quelques réflexions (COVID-33: mardi 14 04) / Passage des errances à une vie sédentaire (COVID-32: lundi 13 04) / Ah ! ne prendre nul ombrage  (COVID-31: dimanche 12 04) / Sur un fil de trace (COVID-30, samedi 11 04) / Quelques citations supplémentaires extraites du roman de Jacques Abeille: Le veilleur du jour. / / Quelque part, il y a un homme qui sait. / L'inconnue dans la maison / Aphorismes sans impatienceUne réorientation stratégiqueCOVID-19: des infos fiables / Spicule / La mise à mort de nos servitudes, selon Spinoza.

  Mars 2020: / De quelques fondements de la vie qui coule en soiApprendre à désapprendre au jardin COVID-uités: un journal / Se déprendre du monde / Lire-solaireLa grisaille s'agrège à ce matin matois / Philoluminescences / Printanières accourues.
Le mois des purifications
:  / Philobribes d'arrière-saison / Sa présence alanguit le regard. / Jacques Tassin, Pour une écologie du sensibleCahiers François jacqmin / Spirale vertueuse / Du corps / Décider d'aller mieux dans sa tête / Il est minuit moins cent secondes / Isabelle Stengers, exercice de réécriture.
  Janus 2020:  / Du corps journalier de soi / Le comite invisible tisse un fil furtif dont la pelote se trouve peut-être bien chez Spinoza / Hivernales composites / Philobribes d'arrière-saison / Edwin Curley traduit Spinoza en anglais: l'oeuvre d'une vie / L'atelier Pur Porc surfe dans un Angle Mort / Prés sages alignés / La prudence - spinoziste - vue par Chantal Jacquet / Les Adages d'ÉrasmeHiver, cul par Terre / Silence - Intuition - flux / Philobribes d'arrière-saison / Éthique V, une lecture (de plus en plus) cursive.
Désombres 2019
:  / La nature des choses, Éthique I Même titre, deux propos sur Spinoza / Table des matières détaillée de Relire le relié, Michel Serres / Solstice d'hiver le 22 décembre à 4h19 / L'intuition / Michel Serres, Relire le relié: une table des matières détaillée / Comment vous appelez ce meuble, déjà ? / Meuble de saison / Hivernales composites / Toute vie nait sur le fil de son rasoir. Nudités en repli / Une apparition.
Nos vembres 2019
: / Ethica sexualis, Bernard Pautrat / Décider d'aller mieux dans sa tête / Acquiescer au réel sans ses aspérités / Philobribes d'arrière-saison / Dédater la philosophie / Érasme vu par L. E. Halkin & M. Delcourt / Usages de soi / L'air est replié sur soi / Plaidoyer / De l'utopie ! / Un jour, des foules inédites ameubliront... / Nos vents d'ambre ? / Ambres nourriciers.
Octobre 2019
:Le midi du démon... / Rayonnement inédit / Tissu tramé / ÊTREUn essai structuré sur la cinquième partie de l'ÉthiqueL'appareil critique de Thibaut Gress sur SpinozaConcert / Grisailles / L'écart & la dissonance / S'accomplir, un journal de bord automnal / Éthique V, scolies: une lecture cursive.
Septembre 2019:
/ Vent nocturneL'être humainFormulations reconnaissables / Et si nous marchions davantage ?La discrète, l'accompagnatriceÉzéchiel jubileÉthique V, scolies: une lecture cursiveA case for hoods / (Auto)-biographie d'une ville-chêne / S'accomplir, un journal de bord automnalLa ville-chêneUn fil furtif dont la pelote est chez SpinozaLa lisibilité définie /The life of lines, Tim Ingold.
Auguste, le mois: 2019 / Pierre Macherey met d'autres idées, d'autres lectures à l'essaiDans ce bois tendre / The geography of rebels, M G Llansol / Trois visages de l'écrit, Liliane Wouters / S'orienter avec Pierre MachereyUn journalDeux traductions d'un passage de Tchouang-tseu / Du Tao au Désordre & retourDiscontinuités augustéennes: un journal / Un nouveau recueil: Taoïsme / Larme mûre.
Juillet 2019
: / Un fil anthropologique russo-indien, passant par la Mongolie / L'haleine du matin / François Jacqmin: Stèles / Inhérent & incongru / La grande danse de la réconciliationCe large invisible / Un recueil neuf: Exercices spirituels& les ventiler ! / Se re-cueillirBreathing in, breathing out.
Juin 2019
: / Tim DIRVEN in RaqqaVertusOurtheries jupitériennesIncivile fenêtre citadinePrésence pulsée / Erasme vu par L. E. Halkin / Étapes de veille - Somnolences - Éveils / L'éveil s'arrime au jour naissant / Les Mutantes / Un jeudi dénoué / L'exercice spirituel tel que le voyait Pierre Hadot / Ode à une belle italienne absentée / Passage en gare / La troisième main / Voie étroite & discrète / L'auberge / Vocal chords / Ombre tutélaire d'une écriture / Une étreinte / Une outrance ? / Faste jardinier /Glanes en attendant... / En lisant Maria Gabriela Llansol.
Mai 2019:
/ La beauté du vivreL'alvéole des carrefours. / Pour un art po&tik / La synthèse surgit de l'atone / Ces frissons furtifs... / Contours / Lové / À l'écart, ancrée / Cerise / Assiduité / Calligraphie publique / Multiplicités / Reprises / Regain sans superbe.
Mars & Avril 2019:
/ Flamme cueillie / Percer sa propre nuit / La capitale / Un Nulle Part chez Adonis / L'enfant des ravines / Alenti / L'extrême-contemporain / Du corps au repos de soiCe que peut le corpsTentures & volets s'effacentThe sheer piling up / Nous, Humains sur Terre / Nos escarpements dévalentUne mise en garde à vue de la non violence / Premier matin printanier / L'attrait pour les synthèses / Traduction & philosophie / Un journalier de lectures / Le livre de l'année / Faire affleurer la structure syntaxiqueSur les hyperliens / L'embrasure / Recoins nocturnes de soi / Souplesse résiliente♦ Avant les citadines perverses♦ / Activer les possibles, Isabelle Stengers / Lever un lièvre prépositionnel ? L'appât des possibles, Didier DebaiseLa défricheuse & le géomètre / Quelques musardages / Isabelle Stengers, Civiliser la modernité ?
Februarius 2019: Musardeuses / Demain, l'Europe... bille-terrienneNous tarauderons les indociles / La guerre éperdue des pauvres / Lao-tseu, précurseur de la décroissance ?Bal chez IntemporelMaddy Andrien à la verrière de La Boverie (Liège)Le vent dessine à la villeL'hypostase dévoiléeMétaphore suppositoire, à coups de Comme si / Des univers multiples, Aurélien Barrau / Des multivers pluriformes / Pierre Vialatte en Promeneur littéraire / Musardeuses / Multiplicités de Jean-Clet Martin / Moyenne, la classe, très !