Trois sinologues sont d'une lecture éclairée pour les francophones: Jean François Billeter, Catherine Despeux et Jean Lévi. C'est chez eux que se sont glanés ces autres traductions possibles de Tao, la voie. Le contexte les amènent ainsi à diversifier leurs traductions pour coller au plus près des idéogrammes en chinois. Les liens sur leurs noms vous livrent les lectures engrangées sur Nulle Part.

La seule raison d'être de cette brève note est d'y rassembler l'épars. Il souligne les embûches qui attendent au moindre tournant ces passeurs de cultures que sont les traductrices & les traducteurs.

En noir, les propositions de J F Billeter.

 NOMS  VERBES
VOIE  
ACTE  
 ACTION  
 ACTIVITÉ  
 CHEMIN  
 DOCTRINE  EXPOSER UNE DOCTRINE
 FONCTIONNEMENT DES CHOSES  PARLER
MÉTHODE PRATIQUER
 PRINCIPE ABSOLU  
 RECETTE  


En (re)lisant l'entrée que Gilles Deleuze consacre au concept de  PUISSANCE chez Spinoza, dans Spinoza philosophie pratique (édition 2003), mon attention a été attirée sur un vocabulaire qui parait commun à la fois au taoïsme et au spinozisme, pour rester dans les "-ismes". Le passage (p. 129) :

« Toute puissance est

  • ACTE,
  • active,
  • & EN ACTE.

L'identité entre puissance et acte s'explique par ceci: toute puissance est inséparable d'un pouvoir d'être affecté, & ce pouvoir d'être affecté se trouve constamment & nécessairement rempli par des affections qui l'effectuent. »

 La puissance d'agir propre à Spinoza cheminerait-elle donc jusqu'à la voie empruntée par le taoïsme ? Il est, me semble-t-il, impossible de trancher; rapprocher est tout au plus ce qui a motivé cet ajout. (màj 10 1 2024) Les deux concepts convergent de manière contingente ici même, sans qu'il puisse évidemment être affirmé que Spinoza avait entendu parler du taoïsme de son vivant.

 

Recherche

Statistiques

  • Membres 4
  • Articles 3597
  • Compteur de clics 9108670