La plume de Sylvain Piron est déjà connue & appréciée sur NP○ Une occupation du monde en deux volumes, dont le second s'intitule Généalogie de la morale économique, d'une grande portée actuelle pour notre monde déboussolé, avait déjà largement retenu l'attention, de façon enthousiaste○ En 2015, il avait aussi contribué à faire connaitre Opicino de Canistris au travers d'une dialectique des monstres très surprenante○

Il réitère chez un nouvel éditeur, une personne remarquable dépourvue d'égo – c'est assez rare dans le milieu de l'édition pour être souligné – avec cette fois un ouvrage sur une de ces femmes libres en plein moyen âge, refusant de devenir moniale sous l'autorité d'un homme. L'institution d'un béguinage, il en était de nombreux en terres diocésaines liégeoises, leur permettait en effet de consacrer leur vie à la religion sans allégeance○
Cette terre, devenue terroir, se parcourt en long & en large en suivant quelques personnages que l'écriture sait nous rendre attachants○ Une belle manière de faire vivre cette période aux moindres traces sous nos yeux○ Sylvain Piron en parle très bien dans une courte vidéo visible en suivant ce lien○ Je retourne à ma lecture...

Plus celle-ci progresse, plus se conjoignent deux plumes précises dans mon esprit: celle de Sylvain Piron d'une part, et celle, d'autre part, de Corine Sombrun qui a récemment offert à notre lecture un ouvrage intitulé La diagonale de la joieLe soin mis par ces deux auteurs à nous respecter sans jamais vouloir nous faire prendre des vessies pour des lanternes est en tous points digne de respect appuyé

Revenons à Christine○ S. Piron rapproche les manifestations étranges dont témoigne le texte latin rédigé par un prélat catholique, Thomas de Cantimpré, de pratiques chamaniques sibériennes & canadiennes○ Le faisceau d'hypothèses qu'il nous présente enrichit dès lors une grille de lecture en extirpant celle-ci de son contexte chrétien pour opérer une focalisation bien plus large○ Le soin avec lequel il conduit ses hypothèses dans cet ouvrage inspire confiance tant sa circonspection demeure prudemment entière○
Une phrase telle que celle-ci illustrerait peut-être bien sa "méthode": elle figure au chapitre V intitulé L'anomalie Christine, p. 138:
« Le vocabulaire employé dans les témoignages que recueille l'hagiographe et dans les métaphores qu'il forge lui-même laisse affleurer, de façon totalement inconsciente, des traces diffuses de ce que l'on pourrait appeler le souvenir d'un rapport chamanique au monde○ »
Deux pages plus loin, sous le titre Vérification, l'auteur pose « frontalement la question que l'on voit émerger: toutes les bizarreries que l'on observe dans [le comportement de Christine] et dans les résonances qu'il produit dans l'imaginaire des spectateurs, doivent-elles se comprendre comme des traces d'une culture pré-chrétienne demeurée vivace dans le monde rural en Hesbaye ? La principale singularité de Christine, au sein du mouvement essentiellement urbain des proto-béguines, est en effet d'être une fille de la campagne○ Notre question rejoint ainsi la proposition faite par Carlo Guinzburg d'identifier des "continuités extatiques" entre des expériences vécues par des femmes & des hommes appartenant à des sociétés éloignées dans l'espace et le temps○ »
 
À la page 181 figure une note qui précise: « La démarche suivie ici partage les présupposés de méthode exposés dans Dialectique du monstre. »  Ce commentaire se rattache à la page 11 sur laquelle figure cette phrase:  « Comme protocole expérimental, j'invite la lectrice & le lecteur, - c'est S. Piron qui s'exprime - à suspendre l'incrédulité qui pourrait leur venir spontanément face au récit de phénomènes invraisemblables. Dans ce cas également, le lecture bienveillante des sources est de meilleur conseil, une fois qu'elles ont été passées au tamis de la critique documentaire. »
La structure de la table des matières montre un souci de ne rien omettre:

[Désolé pour la qualité... Je suis en train de découvrir GIMP !! Un peu d'indulgence est demandée...] Le soin que met l'auteur à nous guider dans ce texte du XIIIe siècle est formateur○ Il revêt d'autant plus d'intérêt qu'il concerne un terroir proche, en principauté de Liége○

 

Statistiques

Membres
17
Articles
3527
Compteur de clics
6658114

Recherche