Quelques phrases extraites du chant premier des Chants de Maldoror, où Lautréamont écrit sur les vagues :

"Je te salue, Vieil océan !

Vieil océan, ô grand célibataire, quand tu parcours la solitude solennelle de tes royaumes flegmatiques, tu t'enorgueillis à juste titre de ta magnificence native, et des éloges vrais que je m'empresse de te donner. Balancé voluptueusement par les molles effluves de ta lenteur majestueuse, qui est le plus grandiose parmi les attributs dont le souverain pouvoir t'a gratifié, tu déroules, au milieu d'un sombre mystère, sur toute sa surface sublime, tes vagues incomparables, avec le sentiment calme de ta puissance éternelle. Elles se suivent parallèlement, séparées par de courts intervalles. À peine l'une diminue, qu'une autre va à sa rencontre en grandissant, accompagnées du bruit mélancolique de l'écume qui se fond, pour nous avertir que tout est écume. (Ainsi, les êtres humains, ces vagues vivantes, meurent l'un après l'autre, d'une manière monotone; mais sans laisser de bruit écumeux.) ..."

Source : Philippe Soupault, Lautréamont, éd. Pierre Seghers, coll Poètes d'aujourd'hui n°6, pp. 52-53, 1963.


Statistiques

Membres
17
Articles
3444
Compteur de clics
5668128

Recherche