Dans le silence de ta nuit blanche
Tu cherches la voix de tes sœurs
Comme l’oiseau effleure les branches

A la recherche d’une faveur
D’une pitance, d’une pâture
Couleur d’écorces et de fureur.  

La faim te ronge, elle te capture
Serre ton cœur et broie ton corps
Les voix s’envolent en déchirure  

Te laissent seule avec la mort
Pas de gardiennes pas de caresses
Et clés perdues de ces trésors

Mais où sont donc les poétesses ?
Appelle Karel, il doit savoir
La voix de ces chères diablesses
Leurs chants d’ivresse, césure du noir.

Dl 16/04/2012

Contrainte de Karel, construction en terza rima stances de 3 vers de 8 pieds , aba, bcb ,cdc…se terminant par yzyz. Thème au choix !


Statistiques

Membres
4
Articles
3563
Compteur de clics
7090450

Recherche