Elle vous écrit d’une rue sous l’eau, d’un naufrage dont on ne revient pas.

Il est 63 ans, 266 jours, 7 fois moins de dimanches, de jeudis aussi, 3 tremblements de terre, quelques crises de mère, zéro vendredi, 3 architectes et demi, tout un cheval, deux lévriers, trois éperviers, quelques oiseaux de nuit et des poussières.

Prostrée devant l’épave d’un passé jamais simple en rade dans un grenier décomposé, Madame vient d’apercevoir, télescopé par la Tornade blanche hebdomadaire, mis à nu par la lame soudaine d’un Monsieur Propre Fraîcheur Marine en marée montante, votre Fantôme en Majesté, vêtu des fils de la Vierge et d’oubli, délavé par les larmes des Saintes Voisines.

Autour de lui flotte une promesse de volupté. Vous voyant bien entier et dressé à fleur d’eau entre les Fleurs du Mal et la Vie de Maria Goretti, elle pose ses lèvres en déconfiture Grand-Mère sur la chemise en papier glacé toute cousue de fil bleu et entreprend d’immaculer  le Prodige à l’Instanet Triple Force avant de vous dévorer tout cru, Zoé.

À l’instant de grâce de ce Flagrant Délice, il faut que vous sachiez qu’à Liège et partout tout va bien et rien ne va mieux.  Sur Radio Vivacité, Michel Daerden décède toutes les demi-heures.
Au 19 d’une rue Sous l’eau, il y a presqu’ïle en la demeure et meurtre dans un jardin belge.
Des cordes se détachent du ciel couleur costume d’homme, flagellent le chœur des Saintes Fleuries.

La capucine se recapursuline.

Accablé, le lys referme son calice.

Le glaïeul sonne le glas.

Les déjà Saintes rentrent sous terre, fauchées à la fleur de l’âge.

L’hallali du lilas a résonné: Rosibus !

Les eaux ragent, ravagent les rares rescapées, les  bourgeons mort-nés.

L’Immacumulée Conception enrage.

Ce n’est que Lacrima Tristi, Tsunennemie, Anale Orgie Céleste, Épluiphanie, Fleauriliège, Gouttes de trop, Blondin Essorage, Bols d’Eau Florine, Fleurasthénie, Parterrosclérose, Déprime verte, Floraison funêbre, OVERROSE.

Mais un jour le soleil viendra, et un Prince dort au fond d’un livre.

Madame rêve qu’elle lui montre son Paradis vide, les fleurs de son mal, les roses de son Enfer, les anémones de ses mers anémiées, ses îles flottantes.
Il y aura du poisson chaque jour et un gros steak pour Vendredi !

Mrs Robinson tient la vie de sa chienne en laisse, traverse le Pont d’Amercœur pour acheter un timbre dans un bureau de poste qui n’existe plus.
S’envolent les derniers lauriers roses, la Sainte Olé Olé, les auréoles de ses lauréats.

Comme toujours, elle se demande quelle heure il est.


Consigne du 15.09.12: prose poétique, phrases longues, énumérations, allitérations, assonances, consonances.


Statistiques

Membres
4
Articles
3552
Compteur de clics
6852098

Recherche