La passion affleure au détour d’un regard. La peau s’effleure: la joie s’y répare. L’action met à l’épure l’ouvrière mémoire déposée sur le papier par d’antiques sourciers.

L’écoute frémit au diapason de la vie. La peur palpite au lointain ennemi. Dans ce cocon à l’appui, souterrain et fertile, l’homme qui va fascine le sentier. Il lui sourit. Le tournant l’éloigne de la maison. Il y pense. Il  s’y penche, réjoui par les battements de son cœur. La terre tressaille, l’ombre du volcan, sa pulsion l’y pousse. Il s’en émeut et modère son pas.


Statistiques

Membres
17
Articles
3444
Compteur de clics
5668089

Recherche