Cette aptitude
au bien-être
s’instille
petit à petit
en soi
& se reconnaît.

Des bouffées
d’essence
envahissent
par vagues
attentives à soi
le corps qui suspend
l’activité du moment
pour s’y consacrer.

Il entend
la joie proche
d’être dans une aura
mobilisatrice:
l’énergie circule,
émue,
comme si
cette évocation
encore timide
et peureuse
était une joie
sans autorisation;
comme si une
autorité supérieure
devait s’enhardir
en mettant à disposition
ces richesses,
pourtant offertes à soi.

Comme si,
le conditionnement
d’une vie.

S’en libérer ?


Prisonnier de
ses propres
interdits enfouis,
le corps-âme,
cette entité tendue
vers une forme d’unité
par la détente de soi,
dépend encore
d’une aura
pour libérer
son parcours.

La mécanique
autobloquante,
une fois débusquée
& libérée
avec cette aide
au-delà
de tout qualificatif
tant sa qualité
est hors du commun
,
deviendra
l’inutile
coincé
au milieu de
nulle part*.

Je me sens humble
face aux chemins
tracés par deux mains
dans la chair.
Deux mains
tracent dans
la chair
un humble
chemin.
31 12 14

14 07 11, poli le 27 08 11, le 28 11 11 & le 31 12 14
* Et nous y voilà ! Il ne manquait plus que celui-là!

Un autre texte pratique le comme si... : Sarments.


Statistiques

Membres
17
Articles
3444
Compteur de clics
5667960

Recherche