Jolie robe brune
dentelée de blanc à l'ourlet.
Elle est fine, il est brun.

Ils s'asseyent sur le sol,
d'un seul mouvement.
Elle tombe la veste
qu'elle a bleu délavé
et cueille un bisou
l'appuyant d'un geste tendre  
de la main dans le dos.

Trouvent la mémé
trop proche,
se lèvent de concert,
plongent les pieds
dans l'eau
pour une étreinte
à la tour.
Elle savoure, il est proche.

Ils s'éloignent du bord,  
souliers à la main extérieure,
me passent sous le nez
et se tiennent sereins.
Par l'autre main.

Naissance d'un amour.

Note pour la scripte:
Elle avait repris sa veste.

Le dernier escalier de Antonio Machado
Les derniers jours du poète évoqués par Jacques Issorel


Recherche

Statistiques

  • Membres 4
  • Articles 3593
  • Compteur de clics 8902135