L'ouvrage rassemble deux conférences, un chapitre d'ouvrage collectif et trois articles donnés à deux revues. Cela ne forme pas un ensemble lançant un pont neuf par-dessus l'existant afin de nous révéler d'autres applications de la mésologie, urbaines par exemple. Se déclinent donc ici, certes utilement pour les cent afficionados qui s'en saisiront, (tirage numéroté à 100 excemplaires) certains des grands thèmes déjà présentés ailleurs.

L'auteur le reconnait d'ailleurs dans l'un des deux textes inédits que comprend l'ouvrage: il est intitulé « Lecture faite...» Citation:
« Lecture faite, Mme ou M. Lambda [euh... est-ce bien choisi de récompenser notre effort de la sorte par une lambdaïsation de celui-ci ? Une forme de mépris* ?]  regretteront sans doute que la "mésologie urbaine" qui leur était annoncée ne leur ait pas apporté de recette urbanistique, ni même de "manip" qui vaille qu'on l'enregistre sur son portable. »131
Le texte continue en illustrant à merveille le principe de contradiction, non-définitoire dans ce cas-ci: « La mésologie n'est pas une discipline qui propose des recettes. »
Quelques clés nous auraient suffi...

Ces six chapitres redisent, différemment donc, & souvent mieux, ce que d'autres ouvrages ont déjà dit. Mieux parce que l'auteur y prend davantage plaisir peut-être à nous exposer la puissance de son modèle si théorique.
Je crains que l'ouvrage n'ait été titré davantage pour coller à la collection dans laquelle la maison d'édition l'a rangé, L'esprit des villes, que pour en refléter le contenu réel.

Quand Pierre Macherey assemble des contributions diverses non encore publiées en volume, cela est immédiatement annoncé comme tel. [Voir S'orienter avec Pierre Macherey & Pierre Macherey met d'autres idées, d'autres lectures à l'essai] Quand Françoise Bonardel fait de même, rien à redire. Elle annonce la couleur. [Voir Vacuités] & Augustin Berque annonce lui-même la couleur en notes ajoutées à la fin de la première phrase de chaque chapitre de son ouvrage. Transparence affirmative de sa part aussi. Seule l'étiquette sur le bocal... La maison d'édition diffère bien sûr, simple constat. Hypothèse...

Ces grands esprits, dont se suivent les plumes sur Nulle Part, une fois tenus à l'écart de leurs chaires magistrales, continuent à faire "tourner" leur expertise acquise de colloques en volumes collectifs & revues pour aboutir dans des textes assemblés par d'ancien·ne·s élèves devenu·e·s profs elles-mêmes... Ou éditeurs/éditrices... Leurs plumes autorales, souvent, croît en sagesse à mesure que l'âge leur vient. Cela rend leurs écrits tardifs souvent précieux par leur formulation synthétique.
Cet ouvrage-ci ne fait pas exception. Pourtant, si vous souhaitiez découvrir ce qu'est la mésologie, l'auteur a également publié un ouvrage aptement intitulé: La mésologie: Pourquoi et pourquoi faire ? Il répondrait peut-être davantage aux questions que vous vous poseriez.

* Cet absence de lissage, d'entregent, est une des raisons qui m'a fait abandonner d'assister à certains de ses séminaires parisiens. En entrant dans la salle, jamais ils ne saluaient l'assistance d'un Bonsoir accueillant. Il posait son sac, en extrayait le texte préparé et se lançait... Le lire dans ce silence havré me sied davantage, ai-je donc résolu ! L'ancien prof que je suis a fini par trouver ce désintérêt peu amène.
 

Statistiques

Membres
17
Articles
3420
Compteur de clics
5218920

Recherche