Jacques Bouveresse, en exergue de sa leçon inaugurale au Collège de France publiée 1996 aux Éditions de l'éclat sous le titre: La demande philosophique: Que veut la philosophie & que peut-elle vouloir ?, cite un passage de L. Wittgenstein sur "faire retraite".


« Si je dois maintenant faire retraite, la question se pose:
quelle est la bonne voie de la retraite ?


(Car il appartient à la méthode de la philosophie
que je ne doive jamais prendre la fuite.

Autrement dit, il ne doit pas y avoir de retraite en désordre.) »


Faire retraite sans fuir. Faire retraite en assumant le repli que ce faire retraite semble induire ? Fuir implique l'impermanence, la modification. C'est probablement elles que L. Wittgenstein veut contrer. La méthode philosophique qu'il déploie dans son oeuvre constitue-t-elle la puissance d'une permanence ? Comment faire retraite sans fuir ? Comment ne pas créer du désordre en faisant retraite ? Autant de questionnements auxquels évidemment cette phrase seule, sortie de son contexte & non référencée, ne peut répondre.

 

Statistiques

Membres
17
Articles
3438
Compteur de clics
5575956

Recherche