La continuité de lectures philosophiques m'a remis dans les mains un ouvrage de Clément Rosset intitulé L'invisible. Il est en plein au coeur de la problématique soulevée & notamment (mal)traitée par V. Despret. dans Au bonheur des morts.

Le quatrième chapitre de l'ouvrage de C. Rosset s'intitule Spectres & fantômes. Il s'ouvre sur une citation: "J'aimerais connaître votre opinion concernant les spectres." Lettre de Hugo Boxel à Spinoza. Clément Rosset, pour qui le réel est sans double, entreprend de démontrer patiemment, au moyen de quelques exemples littéraires, pourquoi, notamment, Croquemitaine n'existe pas.

Hamlet: "Tenez, regardez, là ! Voyez comme il se dérobe. Mon père, vêtu comme de son vivant ! Regardez, le voilà justement qui franchit le portail."

"Sort le spectre"

La Reine: "Tout cela est forgé dans votre cerveau; le délire  le don de ces créations fantastiques." (Trad. Victor Hugo, citée par C. Rosset, p 64). Le commentaire qu'en propose C. Rosset: « Ce qui importe n'est d'ailleurs pas qu'il ne voie pas mais qu'il croie voir: nouvel exemple de la perception illusoire qui ne consiste pas à voir l'invisible, mais à s'imaginer qu'on le voit. » 65


Dans un autre registre, moins littéraire & artistique, un court extrait de la réponse de Spinoza (lettre 52) à la première lettre de Boxel (lettre 51) vaut aussi une joie cordiale: « ... Il sera très difficile de conclure d'un récit que les spectres existent. On conclura assurément qu'il y a quelque chose, dont personne, pour autant, ne sait ce que c'est. Mais si les philosophes veulent nommer "spectres" les choses que nous ignorons, je ne pourrai pas dire le contraire car il y a une infinité de choses que je ne comprends pas. ... »

Le courrier occupe les deux correspondants à trois longs échanges épistolaires qui prennent dans cette édition de poche une vingtaine de pages (292-313). Spinoza y argumente pied à pied, sans rien concéder. Cet argumentaire n'a pas pris une ride, trois siècles et demi plus tard.

C'est évidemment l'ouvrage de C. Rosset qui m'a mis sur la piste de cette correspondance spinoziste, ici traduite par M. Rovere.


La table des matières de L'invisible (2012) nous propulse au coeur d'un réel sans double auquel l'oeuvre philosophique de l'auteur est consacrée:

L'auteur s''y attache, comme à son habitude sans jargon, à nous présenter de manière concise & convaincante l'angle sous lequel il a choisi de retravailler son thème. Dès le prélude, la faculté anti-perceptive qui consiste à voir « des objets que l'on croit voir alors qu'ils ne sont aucunement perceptibles parce qu'ils

  • n'existent pas
  • et/ou ne sont pas présents. » 9

L'être humain « possède la faculté de croire qu'il voit des illusions de perception... [qui] allie l'invisibilité à l'inconsistance. » 10

 

  More soon.

 

Statistiques

Membres
4
Articles
3552
Compteur de clics
6859247

Recherche