La patience liégeoise dont il a fallu faire montre pour que ce livre atteigne la librairie paisible située en face de de la Fac' de philo-lettres a dû s'exercer plus d'un mois. Assurément, l'éditeur n'a pas tout compris des flux qui règnent dans le monde de l'édition. Une méfiance, peut-être ?

Cela dit, l'autrice est connue & cette lecture-ci résulte de ces deux premières lectures: elle rapproche cette fois deux traditions. L'ouvrage est presque devenu intemporel... Il date en effet de 2012.


A double-decker table of contents
Chaque fois qu'une table des matières fait montre d'une structure bi-étagée comme celle-ci, elle est un probable gage que le texte lui-même se révèlera être cohésif avec la structure qui l'organise. Elle inspire confiance en quelque sorte. Vous savez, les bus anglais à étage portent le nom de double deckers; ils sont à double pont en quelque sorte. This is a double-decker table of contents. En la survolant, la matière de l'ouvrage s'ouvre sous nos yeux, tant la densité en mots-clés y est élevée. Comme sont susceptibles de le faire une introduction & une conclusion bien conduites. C'est un des critères de sélection des ouvrages marquants pour leur démarche de rendre accessible leur contenu par un style d'écriture amical... reader-friendlySource de l'illustration


Introduction


Très vite dans l'ouvrage, un auteur par trois fois cité sur Nulle Part:

En page 6, Françoise Bonardel commente de la façon suivante dans son Bouddhisme tantrique & alchimie, 2012:

« L'engouement des dilettantes occidentaux & autres pratiquants tantriques autoproclamés pour ce néotantrisme non moins imaginaire pourrait bien être le dernier vestige de la fascination qu'exerça d'abord l'Inde sur les Européens...

Ainsi le Tantra, hindou plus que bouddhiques d'ailleurs, est-il fréquemment présenté comme une alchimie de l'amour doublement performante puisque capable de satisfaire à la fois l'appétiti sexuel des Occidentaux & leur attirance pour un ésotérisme facile d'accès. »

En note, « Cf., par exemple, D. Odier, Désir, passion & spiritualité, Paris, éd. J.-C. Lattès, 1999 ».

De tous temps, le sentiment que les approximations de D. Odier celait "quelque chose". Voilà cette chose impeccablement nommée désormais !

J'ai joint une Note d'accompagnement de cette teneur aux trois ouvrages de D. Odier cités sur Nulle Part afin de bien faire la différence.


« Le tantra aurait été révélé afin de permettre la libération accélérée des êtres ayant eu l'infortune de naitre durant cette ère de dégénérescence qu'est le Kali-yuga ("l'âge des conflits"). Aux grands maux les grands remèdes, en somme, mais des remèdes si puissants qu'ils risquent de faire autant de victimes que de survivants, comme ne manquent pas, d'ailleurs de le souligner les maitres bouddhistes tant soit responsables de leur enseignement. » 8 L'âge des conflits comprend notre période ultracontemporaine puisqu'il s'étend de 3102 avant notre ère et se terminerait en 2224, dans « la théorie indienne des cycles » 31, début du chap. 2 du moins. Le chapitre 2 approfondira cette thématique, en la resituant dans son contexte plus large pour éviter les dérives interprétatives susceptibles de se produire sans garder les pieds sur terre !

Quant à l'alchimie, « il convient surtour de [la] considérer surtout comme une religion expérimentale concrète, dont la fin était l'illumination, la délivrance de l'esprit & du corps » R. Alleau cité par l'autrice p 9.

Les alchimistes occidentaux ignoraient « tout de ce courant magico-religieux asiatique [le tantra] à l'époque où florissait en Europe l'art d'Hermès (XIIe - XVIIe), [&] ne pouvaient à l'évidence s'y référer comme on le fait couramment aujourd'hui. » 10

F. Bonardel pose, après d'autres dont elle cite les noms & source précisément ses citations en bas de page, la question de l'élargissement du champ « au sein duquel on pourrait découvrir ce que Tantra & alchimie occidentale, émancipés de leurs attaches culturelles respectives, comportent de commun & peut-être d'universel ». Cet élargissement constitue dès lors le propos principal de l'ouvrage. Elle formule également un autre objectif: « si l'alchimie telle qu'elle est pratiquée en Occident se révèle capable d'éclairercertains aspects parmi les plus obscurs du Tantra bouddhique, le lecteur occidental intéressé par le "tantrisme" en viendra peut-être à porter un autre regard sur l'art d'Hermès dont il avait jusqu'alors méconnu la dimension spirituelle & sous-estimé le potentiel quant à une transformation en profondeur de l'être humain. » 11

Muni de ces précieux objectifs, l'ouvrage établit ensuite avec ordre, méthode & grande autorité, sans jamais quitter le plancher des vaches, une possible convergence. L'ouvrage, au contenu neuf, attire l'attention sur la persistance de phénomènes dont nous sommes peut-être bien par ailleurs les témoins.

La densité du contenu de l'ouvrage est probablement la mieux servie par une lecture paisible de chaque texte sous un même sous-titre, tant la pertinence aboutie de son contenu y invite. À mesure de la lecture, se révèle une plume à l'autorité rationnelle évidente.
Le décorticage auquel je me livre sur certaines pages permet d'en apprécier la forme finement ciselée. Rien de trop. Rien ne dépasse. Tout y est. Ce texte est en soi plénitude..


ch. 1 Une nouvelle synthèse d'éléments anciens

Une lame de fond tantrique

Le tantra est un phénomène magico-religieux. Mircea Eliade: le tantra est « une expérimentation du sacré dans sa modalité la plus concrète. C'est lui qui a attiré l'attention sur une possible analogie entre « la synthèse d'éléments anciens gérés par le tantra & le syncrétisme hellenistique d'où a émergé l'alchimie sous sa forme occidentale. »


 
 Tantra 
 hindou  bouddhique
Régions   Bengale
Assam
 Himalaya
 Durée de rayonnement VIIIe-XIVe VIIe-XIIe

18 L'esprit éveillé est un continuum.

Syncrétisme hellénistique & synthèse tantrique

 

La "voie du mercure" européenne & indienne

 


ch. 2 Une réponse aux défis de l'âge des conflits

 

En attendant l'arrivée des barbares

 

Un véhicule ultrarapide

 

De quelques paradigmes tantriques

 


ch.3 La "continuité" tantrique

Un fil puissamment conducteur

Transmission ou transmutation

Cette continuité de l'esprit éveillé « que tout bouddhiste s'efforce de retrouver dans sa pratique » n'est pas de nature bouddhique. Davantage zen probablement. Mais la déclinaison terminologique continu / continuité / continûment / continuation évoque cette perception de durabilité d'une joie tranquille: elle écarte toute idée d'interruption, de rupture.

Transmuer / transmuter
« Transmuer ses propres poisons en remèdes. » « Faire que des circonstances défavorables deviennent des voies d'éveil » 54

« Il s'agit au bout du compte de réaliser la nature fondamentalement pure & éveillée de l'esprit débarrassé de ce qui l'obscurcit – les alchimistes occidentaux parlent des "crasses" de la matière – dont la continuité ne parait dès lors plus être appréhendée à travers aucune des catégories selon lesquelles on pense communément

  • la consécution entre cause & effet,
  • la succession de l'espace & du temps,
  • ou même la transmission;

chacune de ces continuité suppose l'existence

  • d'un espace circonscrit divisible à l'infini
  • & d'un temps mesure en termes de chronologie.

Aussi, la distinction traditionnellement établie entre

  • la base,
  • la voie,
  • & le fruit de la pratique tantrique

tend-elle à s'effacer dès lors qu'on envisage [cette distinction] comme le voyage sans fin de l'esprit éveillé, illuminé.»

F. Bonardel cite abondamment Ch. Trungpa. Plus loin dans l'ouvrage, elle relativise en nous exposant ses propres réserves la portée pourtant précieuse pour elle de cet auteur. Voici cinq citations:

  1. Le tantra est continuité. Cette continuité porte le nom de tantrisme. [Cette continuité] est le fil continu dont on fait l'expérience tout au long de sa vie.
  2. Le fil tantrique parcourt donc notre vie du début jusqu'à la fin.
  3. En un sens, le début fait partie de la fin.
  4. Un cercle complet est donc formé, autrement dit un mandala.
  5. le début est le début de la fi et la fin est le début du début.

L'endurance à Oeuvrer

La continuité définit le rapport du bouddhisme à la réalité. 58

Le tantra met en exergue la continuité. L'esprit éveillé renonce à s'installer dans aucune des continuités dont les attachements mondains tiennent leur illusoire stabilité.

Réorchestration: L'esprit mondain se tient à l'écart d'attachements mondains parce qu'ils sont porteurs d'une stabilité illusoire. Elle ressemble davantage à de la sclérose, comme on dit d'un muscle qu'il se sclérose à force d'être trop tendu.

L'esprit éveillé rompt très progressivement toutes les attaches égotiques & karmiques. L'esprit éveillé se contente de jaillir, d'exploser en manifestations si spontanées qu'elles paraissent iconoclastes & inconséquentes.

Le tantra nécessite d'ouvrir l'esprit. La conscience peut alors s'étendre: c'est l'expansion de la conscience. La conscience se transforme qualitativement. Elle modifie radicalement le statut existentiel du pratiquant tantrique/du tantra. Ni le tantrique ni l'alchimiste ne se retirent du monde; ils ne sont ni ascète ni métaphysicien.

Tout ce qui advient est un chemin de délivrance.

Leur rêve commun:

  • conquérir le monde,
  • en modifier le régime ontologique.

Leur effort tend à

  • les affranchir des lois du temps,
  • déconditionner leur existence,
  • conquérir la liberté absolue.

L'inlassable lecture attentive, précise, décortiquante presque, de cet ouvrage entrouvre des portes sur de la lumière au bout de tunnels sombres. Des sensations se recueillent en chemin; elles sont à ciseler sur un rebord du monde.

Le corps subtil du tantrika constitue une formidable chambre d'écho, aussi vaste que l'univers, continue F. Bonardel; au sein de cette chambre d'écho, le pratiquant [du tantra] va faire en soi résorber le temps dévorant en accordant sa respiration à celle de l'univers. Ce temps ainsi absorbé est requalifié par l'alchimie en un temps autre qui n'a de répondant que dans la continuité de l'esprit pleinement éveillé.

Ce temps autre, cette continuité me fait irrémédiablement penser à certains enseignements lus dans L'ordre du temps de Carlo Rovelli.

En ce temps autre, le temps s'y effrite, ralentit pour abourit à un monde imprévisible sans temps, dépourvu de temporalité; physique quantique & tantra portent une attention commune à l'énergie cosmique/universelle. C. Rovelli opère lui-même des rapprochements avec l'Inde; une astronomie tantrique en quelque sorte ! Se laisser imprégner par un ordre du temps intérieur paisible, bonheur simple que celui-ci, d'autant plus précieux qu'il est advenu épisodiquement d'abord, puis progressivement davantage présent pour finalement s'installer, fermement calé qu'il est, adossé à une sérénité des tréfonds qui sourd en surface: un nectar intérieur qui s'apprécie continûment tant son flux a appris à moduler son écoulement sur la lenteur de ses rythmes perçus.


ch. 4 Cosmos tantrique & alchimique

L'héritage du bouddhisme ancien

Quand le corps devient athanor

La fleur des yogis & des sages

Briser le toit de la maison

80 Le tantra ne reconnait aucun fondement à l'objectivité scientifique, écrit l'autrice.

C'eût été bien d'élaborer un peu sur cette affirmation, non ?

La mesure commune à l'homme & au monde tient dans

  • l'ajustement,
  • la mise en phase synchrone

de la respiration du tantrika & du mouvement des planètes.

« La même énergie subtile fait respirer un être humain & se déplacer les corps célestes. »

Temps incarné
Disproportion flagrante entre

  • la temporalité vécue par l'humain
  • & le temps sidéral.

Un système d'équivalent très complexe est dès lors établi. Il permet de savoir combien de respirations humaines (inspir-expir) sont contenues dans chacun des

  • jours,
  • mois,
  • années

solaires & lunaires, l'étoile brillante au centre de la galaxie - la voie lactée - & notre unique satellite.

L'intériorisation du savoir rend le yogi capable de contempler tout

  • dans son corps, y compris... les naga,
  • les humains,
  • les planètes
  • & les étoiles.

Le yogi passe

  1. d'une contemplation admirative
  2. à une vision émancipatrice

puisque, en accordant ainsi son énergie à celle de l'univers,

  • il suspend en lui l'activité corrosive du temps
  • & il contrecarre l'entropie affectant également le monde.

N'est-ce point, de la part de ces pratiquants, faire preuve d'une formidable hubris que de vouloir ainsi « s'affranchir du cosmos » 81 À titre personnel, je dirais:

  • il retarderait peut-être bien quelque peu en lui l'activité corrosive du temps
  • & il atténuerait un fifrelin l'entropie affectant son corps, la même qui affecte également le monde. Ou pas du tout.

Vous l'aurez compris, la fin du chapitre 4 atteint à titre personnel la limite de crédibilité du tantra. Le tantra est utile pour créer en soi un imaginaire de plénitude, d'en tracer mentalement les trajets, les voies (= les nadis). Il permet de la sorte une meilleure prise de conscience de la part consciente de soi, en soi, dans le monde & dans l'univers.

Mandala: représenter le monde permet de s'en échapper.

 

ch. 7 Visualisations tantriques & imagination active

Une pratique « réalisatrice »

Une source possible de la continuité tantrique tient de l'effort, de l'application du vouloir en vue de produire une activité soutenue & sans faille. [La nature] reconnait la droiture dans le coeur & la fin honnête que le coeur met dans son travail déterminé, constant, humble & peut alors communiquer « un si grand don à celles & ceux qui veulent en faire usage. » 117

Note définitoire sur le travail humble

L'HUMILITÉ Dans L'Éthique B. de Spinoza, traduction de Robert Misrahi. 332
Partie IV De la servitude humaine ou de la Force des Affects
Proposition 53 L'humilité n'est pas une vertu, c’est-à-dire qu'elle ne nait pas de la Raison.
Démonstration L'humilité est une tristesse née du fait que l'homme considère sa propre impuissance (par la définition 26 des Affects, 268-269)
Définitions des Affects 259-279
Définition XXVI
268-269
L'humilité est une Tristesse née du fait que l'homme considère son impuissance, autrement dit sa faiblesse. source: L'humilité par le texte dans l'Éthique de Spinoza.


Devenir la déité qu'on voit

Un perfectionnement, une "dignification de l'individu" permet de dépasser la dualité, donc d'unifier le tout en un. La déité, [càd la nature], est un catalyseur de trnsformation, assimilable à un remède homéopathique dont la nature entre en résonance avec la disposition propre à chaque individu. 120

Réorchestration
La disposition propre au corps de chaque humain entre en résonance intime avec la nature d'un remède homéopathique; cette nature d'un  remède homéopathique est susceptible de devenir pour soi un catalyseur de transformation intérieure.

Cette comparaison allusive entre effets du tantra & de l'homéopathie sied à merveille; l'homéopathie a en effet contribué à fraire largement diminuer les symptômes de plusieurs mèhins, le plus remarquable étant pour ce corps-ci le désagrément saisonnier dû à certains pollens. Le processus homéopathie est lent, il prend plusieurs années à s'installer & n'est probablement jamais susceptible d'être achevé. Seule la rémission longue est ici à l'ordre du jour, rien n'est en effet jamais acquis de façon définitive. Le processus tantrique en soi s'installe également dans la durée.

La source utilisée par F. Bonardel dans l'allusion à l'homéopathie est Robert Preece, The psychology of Buddhist Tantra, Snow lion publishers, 2006.

Inflations égotiques: « Il y a lieu de se déprendre au contact de [la nature]

  • limitations,
  • des obscurités
  • & inflations

égotiques car c'est bien de cela qu'il s'agit: percer les apparences créées par l'ego jusqu'à laisser apparaitre le corps immaculé de la déité [de l'état de nature] mais

  • sans lui accorder pour autant d'autre existence qu'imaginaire,
  • sans autre mode d'existence risquant de solidifier le processus de transformation.

Le processus de transformation du pratiquantqui créditerait alors à tort la déité d'une existence substantielle éternelle, comme tendent à le faire les monothéismes. » 121

Nous possédons le pouvoir intérieur de dissoudre l'ego. Puis de dissoudre la forme pure, restée jusqu'alors symbolique pour faire place à une recoagulation plus subtile encore puisque

  • vide,
  • sans forme
  • & d'une luminosité identique à la nature incréée d'un Buddha. 122

C'est le propre de l'esprit éveillé de réaliser sa vacuité, de l'installer en quelque sorte. 123

« Lorsqu'on réalise la vacuité de l'esprit même, il n'y a plus de dualité entre ce qui tranche & ce qui doit être tranché. Lorsqu'on expérimente cette non-dualité, on découpe sans devoir les couper tous les démons comme un voleur dans une maison vide. » Enseignement du Tcheu. 123

Une théurgie venue d'Asie


Ch. 10 Carl Gustav Jung face au Tantra

Le Bouddha, rédempteur des fieux

L'autodélivrance par le yoga

Un cheminement initiatique inversé

C'est en véritable juge, au sens pleinement juridique, que F. Bonardel instruit à charge & à décharge divers auteurs qui l'ont précédée. D. Odier ne s'en sort pas (voir introduction), Ch. Trungpa, à peine mieux, même si la touche finale est plus clémente; elle cite cependant quelques passages dont la formulation semble lui convenir. Le dossier à charge contre lui est pourtant épais. Quant à Jung, il est accueilli par un étonnement surpris. Elle se contente d'énoncer divers arguments & formule aussi de nombreuses interrogations; elle nous fait en quelque sorte participer à l'instruction. L'étoffe du dossier s'alimente à des témoignages écrits dont elle nous rapporte des extraits, qu'elle joint donc au dossier instruit au chapitre 10 de son propre ouvrage.

Cette technique argumentée laisse une forte impression de maitrise. Cet ouvrage est magistralement conduit. Il nous incite constamment à prendre du recul, à pratique un doute systémique. Jamais son effort, sa pulsion, la tendance de sa plume ne se relâche.

176 Elle relève « des flottements ou des partis pris »; si le Livre des morts tibétain est aux dires de Jung « porteur d'une problématique grandiose » 176, « c'est qu'il parait confirmer sa propre intuition, peu à peu devenue certitude, que la psychologie des profondeurs est en passer de rétablir un lien vital

  • entre l'exploration de l'inconscient de l'esprit
  • & cette connaissance libératrice de l'esprit qui reste pour l'heure l'apanage de la métaphysique orientale. » 176

Cela n'est toutefois pas une descente en flammes. Il s'en sort bien, finalement, avec ce sens radical de la nuance qui caractérise la plume de F. Bonardel:

« Sans doute découvre-t-on aujourd'hui dans les divers commentaires de Jung relatifs au Tantra les éléments d'un puzzle qu'il reste à assembler ou à dissocier selon les cas. L'assemblage de ceux qui peuvent l'être révèle en tout la force & la pertinence des intuitions qui furent les siennes quant aux conditions psychologiques permettant aux Occidentaux de se rapproprier "de l'intérieur" les valeurs spirituelles qui sont celles de l'Orient. » 178-9

Quant aux intuitions à dissocier, elle y a par avance répondu p. 177: « Il était à vrai dire difficile  à l'époque, où peu de textes étaient encore traduits, de faire le lien entre les instructions délivrées dans le Bardo-Thödol & les pratiques propres au yoga tantrique dont on ne perçoit pas d'entrée qu'elles constituent

  • une préparation à la mort
  • ou plutôt une sorte d'anticipation active de ce qui est censé se passer au moment de la mort.»

« C'est plutôt la méditation sur l'impermanence - l'une des pratiques préliminaires communes aux trois véhicules bouddhiques - qui fait écho au Memento mori occidental; "Souviens-toi que tu es mortel & apprête-toi à tout moment à quitter ce monde où tout n'est que vanité". »

 

 

 

Statistiques

Membres
17
Articles
3438
Compteur de clics
5576990

Recherche