Folle et sage à la fois, Michatte Misouris
Grignote le silence sous un château de plumes.
Son bas de laine rempli de l’herbe qu’elle fume,
Elle berce en son cœur un frêle colibri.

Sa pâleur en dit long sous la poudre de riz,
Une vierge se chauffe aux cierges qu’elle allume.
La main tiède déverse une très blanche écume
Dans la nuit toujours bleue de son Soir de Paris.

On murmure même que de neige elle se nourrit,
Et que dans le refrain d’une corne de brume,
Un navire cendré sous son jupon périt.

Une cerise noire sur le dernier abri.
Trois violettes en sucre, récompense posthume.
Six gitanes éteintes, ni miettes ni souris.


(Sonnet, rimes embrassées)


Statistiques

Membres
4
Articles
3563
Compteur de clics
7090431

Recherche