12H55 Charles-de-Gaulle approche. La longue clôture sur les deux pentes verdies de la saillie s'interrompt. Une route la remplace. Un cul de sac technique. Un tunnel annonce l' arrêt imminent. Gare à l'air libre. Ensoleillée. Puis quai au toit bétonné ; à nouveau le soleil. Beaucoup de monde à quai pour ce double TGV. Voie 4. L'autre rame va à Marseille. Tiens, sur le même quai, voie 4 et voie 6. Structure métallique carrée et vitrée comme toit. La paroi verticale verrée aussi. Poteaux verticaux avec 8 doubles branches opposées le long de la “tige” et terminaison en forme de 5 pour tenir les vitres. Départ 13h05, 4' de retard. La tranchée du train s'estompe et dégage à nouveau le paysage. Le colza colorise la campagne.

13h13 Marne-La-Vallée Dernière voie, par ma fenêtre, un mur de béton. Par l'autre, une gare aveugle. Peu de quais.

14H53 UN TUNNEL signale l'approche lyonnaise. Le Rhône promène sa boucle alanguie sur le paysage. Elle semble by s'y sentir. Un bâtiment SNCF entièrement muré; je suppose qu'ils avaient fait sortir les squatteurs, sinon, dans vingt ans, “charnier à la SNCF”... Clinique du Parc, quel parc? Région Rhône Alpes, RRAL? Deux immenses s'habillent élégamment de rideaux pare soleil.
14H58, Lyon Part-Dieu, avant dernière voie. Novotel le long de l'entrée de la gare. Un quai de descente permet le passage d'un chariot motorisé, avec de quoi réalimenter la voiture 4. Le taux de remplissage du wagon augmente. Lyon est parfaitement à l'heure. Remise en mouvement : jardins communautaires, chacun son cabanon. Tous identiques.

15h45 Valence TGV, voie 3 départ 14H58.

16H30, Nîmes, son vieux cimetière dans l'approche. Voie A, 16H32. Beaucoup de gens sur le quai, peu montent. Pulls et anoraks pullulent. Du vent dans les cheveux de la mère-poussette. Tiens, un train couleurs TGV à deux étages.

17H15 Montpellier se pointe. C'est gai de reconnaître une ville qui arrive. Tram à notre droite, qui va arriver place de la Comédie. Repère T sur la dernière voie longeant l'extérieur.

L'Approche de Sète est canal: je les ai parcourus pour rejoindre le centre ville avant de chercher, comme tout Brassensophile sa tombe dans le cimetière.

Très net sentiment d'appartenir à ce paysage. Voilà, c'est ça. Ce pays ne sera jamais le mien. Pourtant je m'y sens bien et je lui appartiens. Il a probablement participé à la construction de mon être. Voie A, sous le baldaquin de la gare.

Agde, 17H54, petite, la gare. Canaux itou. Chaudement empullés les gens du coin.

Béziers 18h11 Voie B, gare à ma droite. Béziers accueille les couples âgés, dépassés par leurs bagages. Allez savoir pourquoi. Trente personnes, accueillants compris. La végétation est verte, non encore brûlée par la rudesse de l'été soleil.

Narbonne voie A 18h26. Le fournil de Gilles (hyper local) voisine Mondial Pare-brise.

15 05 10


Statistiques

Membres
17
Articles
3445
Compteur de clics
5669321

Recherche