C'est dans la notice qu'il consacre à Jacques Vaché qu'apparaît le nom de René Crevel (1900-1935), comme l'un des trois suicidaires surréalistes, avec Rigaut:

À la fin fin de la guerre durant laquelle j'avais si souvent échappé à la mort, j'étais ivre de vivre mais intellectuellement j'étais fasciné par le trio des suicidaires surréalistes Vaché, Crevel et Rigaut qui écrivirent très peu - Crevel me paraissait le plus doué - et passèrent leur court temps dans l'humour distant, le mépris du médiocre et surtout le refus de patauger dans cette longue suite de compromissions que suppose la survie. J'aimais bien la déclaration de principe de Crevel qui disait que « le suicide était un moyen de sélection ». La seule sélection viscérale, en fait, personnelle. Puisque tout autre sélection est faite par les autres, donc à base de tricheries. (DDIR, 407)

Impossible de savoir précisément ce que J. Sternberg appréciait (à part la phrase sur le suicide) mais j'ai trouvé, dans Postscriptum un poème habité par un souffle hors du commun: il s'agit du ch. 8 du Clavecin de Diderot, par ailleurs en prose.

Post-scriptum

Relevant leurs jupes de mensonge,
les grosses molles républiques
designent comme des puits de vérité,
au fond des forêts publiques
leurs trous à virginités,
puis disent : tiens prends mon pouvoir public.
Elles parlent à ceux dont le sang est poussière,
la verge, un tire-bouchon philanthropique
et les couilles, deux pauvres lampions
ramassés dans les poubelles du libéralisme,
un lendemain de quatorze juillet.
Le cerveau c’est couleur de sperme
et Jean-Jacques Rousseau déjà,
celui dont le cercueil genevois
devait servir de berceau à la Société des Nations,
à chaque masturbation,
annonçait, pour le bonheur des précieuses à fanfreluches,
les belles dont il était la coqueluche
« Mesdames venez voir couler une cervelle. « 
Mais on a beau être conservateur, le foutre ne veut
pas se laisser mettre en bouteille,
tandis qu’un cerveau,
si on ne le porte que le Dimanche, jour de repos,
pour ne pas l’user trop vite,
la semaine, on le range sous le globe jumeau
de celui qui, entre deux candélabres,
pour le plus bel ornement des cheminées vertueuses
abrite la symbolique couronne de fleurs d’oranger.
Car la vieille pucelle
est digne de M. l’Intellectuel
puisque, si le pucelage vaut son pesant d’or
et vaut son pesant d’or aussi l’intellectualité,
sur le pont des pesants d’or
ne peuvent que se rencontrer
la vieille pucelle
et M. l ‘Intellectuel.
Et voilà comment toute grosse molle république
prend pour maquereau un pseudo philosophique.
Elle le donne en successeur à Dieu.
Or Dieu dit à Adam
«  Tu travailleras à la sueur de ton front" ,
et c’est l’abominable histoire du paradis perdu
qui se répète,
quand sont offertes
des petites écoles, en guise d’éden provisoire
tandis que M. l’Intellectuel réserve à sa jouissance
les fruits de l’arbre de la science.
Il veut qu’on apprenne, simplement,
à le vénérer lui et son caprice
et la boîte à malices
qui sert d’écrin à ses délices.
Homme des rues, homme aux poings durs
casse les vieilles garnitures
toutes les porcelaines des raffinements
écrase lobe par lobe
puis jette au fumier les cerveaux sous globe.
Arrache à toutes les marionnettes leurs nerfs pourris,
fais-en des cordes pour les violons de leurs si distinguées mélancolies
et souviens-toi que si M. l’Intellectuel
pense avec ses bretelles,
et le Monsieur de la psychologie
avec son parapluie,
le gracieux poète
avec ses tire-chaussettes
leurs compères
Messieurs les militaires
avec quoi pensent-ils donc
sinon
avec mitrailleuses et canons ?

Son suicide en juin 1935 semble bien documenté par Wikipedia.


Statistiques

Membres
4
Articles
3552
Compteur de clics
6864964

Recherche